COMPLÉMENT ASPECT PHONIQUE
DES TERMINAISONS AMMUIES


La terminaison de la dernière syllabe fortement ammuie précédant une pause (l de bal ou le de balle) apparaît généralement sur les enregistrements sonores avec une intensité de 2 à 3 dixièmes d'une syllabe normale médio-tonique dans le flux non accent tonique (à notre avis improprement nommée syllabe atonique) et de durée identique. Elle peut être plus ou moins marquée selon les consonnes considérées.

Cacophonies sur terminaison en voyelle au niveau d'une pause

Il nous semble que les cacophonies en terminaison vocalique sur arrêt temporel sont amoindries par rapport à leur correspondantes dans le flux, mais demeurent sensibles.

Dans son palais, le roi s'ennuie (cas V,C)
Visitons le palais. L'ennui nous oubliera.

En poésie, nous devons donc considérer toutes ces cacophonies lorsque l'on passe d'un vers à l'autre.

Le galop devint soudain lent
Lorsqu’apparut l’astre des nuits.

Quand la mer au soleil scintille
Tout palpite au bord du rivage.

Quand l’astre du jour apparut
Alors s’illumina le pic.


Statistique des cas suivants, ponctuation, déclamation en prose

INT: interface: V: voyelle - C: consonne - p : pause - PONC: ponctuation - DÉCL: déclamation - CONG: congruence - cac voc: cacophonie vocalique - cac pseudo-vo: cacophonie pseudo-vocalique

Valeurs pour 1000 interfaces sur un échantillon de 13.083 interfaces

INT EXEMPLE  PONC   DÉCL   CONG 
 V p C   ...mont  p  Le... 37 39 +
C p C  ...grésil  p  Nous... 31 37 +
e p C  ...montagne  p  Le... 11 12 +
V p V  ...mont  p  Ainsi... 22 27 cac voc
e p V  ...montagne  p  Ainsi 19 23  cac pseudo-voc 
C p V  ...grésil  p  Ainsi 6 7 cac pseudo-voc


Le nombre de terminaisons en e ammui, engendrant une cacophonie pseudo-vocalique atteint 25 interfaces sur 126 interfaces ponctuées, soit 20% et atteint 30 interfaces sur 145 pauses constatées en déclamation, soit 21%. Ce taux, loin d'être négligeable, entraîne une certaine dégradation de l'euphonie bien que la cacophonie concernée soit très légère.

Il s'ensuit la conséquence suivante à l'intérieur d'un paragraphe:

-en prose, aucun son vocalique ne peut suivre une ponctuation impliquant une pause.

-en poésie, aucun son vocalique en peut débuter un vers

En cas de paragraphe, lequel détermine un arrêt relativement long, on pourra considérer que l'effet d'une cacophonie hétérovocalique est négligeable. Pour les autres types de cacophonies, il est conseillé de juger au cas par cas et de les éviter si possible.

RETOUR